Obligation de vaccination contre la rougeole : 6 choses à savoir sur la vaccination obligatoire

La vaccination est obligatoire contre la rougeole. Sans elle, il n’est plus possible de fréquenter une crèche ou une école. Les parents devraient le savoir maintenant.

Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), environ 90 000 cas de rougeole ont été recensés en Europe au cours du seul premier semestre 2019. Entre début 2018 et mi-2019, plus de 100 personnes sont mortes des suites de cette maladie, qui est l’une des infections les plus contagieuses au monde.

La nouvelle vaccination obligatoire soulève de nombreuses questions, notamment pour les parents. Ici vous allez obtenir la réponse aux six questions les plus importantes.

1 – Pourquoi y a-t-il une obligation de vacciner contre la rougeole et à qui s’applique-t-elle ?

Sans l’introduction de la vaccination obligatoire, qui était applicable le 1er mars 2020, il n’a pas été possible d’augmenter les taux de vaccination et donc de prévenir efficacement la propagation de la rougeole. Le nombre d’infections a augmenté régulièrement. La nouvelle réglementation légale, qui a été adoptée en novembre 2019, s’adresse désormais en priorité aux parents qui font garder leurs enfants dans une crèche ou qui ont des enfants d’âge scolaire. À l’avenir, ils seront tenus de garantir la protection vaccinale de leurs enfants dès l’âge d’un an. Sans protection contre la rougeole, ni l’admission dans une garderie ni la fréquentation scolaire ne seront possibles.

Les employés des établissements communautaires et de soins sont également tenus de se faire vacciner. Outre le personnel des crèches et des écoles, cela s’applique par exemple aux gardes d’enfants et au personnel des centres d’hébergement pour demandeurs d’asile et réfugiés, pour autant qu’ils soient nés après 1970. Les résidents de ces établissements sont également soumis à la vaccination obligatoire. Toutes les personnes travaillant dans des établissements médicaux, c’est-à-dire dans des hôpitaux, des centres de prévention et de réadaptation, des cliniques de jour, des cabinets médicaux, des soins ambulatoires et un prestataire de services comparable, doivent également prouver qu’elles sont protégées contre la rougeole.

Les établissements d’enseignement qui se consacrent à l’éducation des adultes, c’est-à-dire où la majorité des étudiants sont des adultes, ne sont pas couverts par la loi sur la vaccination.

La maladie de la rougeole peut avoir des conséquences à long terme sur la santé de votre enfant.

2 – Que faire si mon enfant n’a pas encore été vacciné ?

Avant que leur enfant ne soit admis dans une crèche ou avant qu’il ne commence l’école, les parents doivent prouver que l’enfant a été vacciné contre la rougeole. La preuve est généralement apportée au moyen du carnet de vaccination ou du carnet d’examen jaune des enfants. La protection vaccinale peut également être prouvée par un certificat médical, en particulier dans les cas d’immunité contre la rougeole. Si l’enfant fréquente déjà une crèche ou une école, le délai pour la preuve de vaccination est prolongé jusqu’au 31 juillet 2021.

La vaccination est effectuée par le pédiatre, qui est également la personne de contact pour toutes les questions concernant les risques éventuels. Les coûts sont pris en charge par la compagnie d’assurance maladie.

3 – Quand la vaccination contre la rougeole est-elle effectuée ?

La vaccination contre la rougeole est effectuée en deux doses à l’aide d’un vaccin combiné qui protège contre les oreillons, la rougeole et la rubéole. Il n’existe pas de vaccin unique contre la rougeole.

La première vaccination est recommandée lorsque l’enfant a entre onze et quatorze mois, la seconde suit entre le 15e et le 23e mois de vie. Dans le cas des enfants en crèche, la première vaccination est également possible plus tôt et donc à partir du neuvième mois environ.

La Commission permanente de vaccination recommande de combiner la triple vaccination contre les oreillons, la rougeole et la rubéole avec la vaccination contre la varicelle. Les parents qui n’ont pas été vaccinés ou qui l’ont été une seule fois doivent également être vaccinés conformément aux recommandations.

4 – Comment savoir si mon enfant a été vacciné ?

Si vous n’êtes plus sûr que votre progéniture a été vaccinée contre la rougeole, vous pouvez vérifier le carnet de vaccination. Les abréviations “ROR” désignent le vaccin combiné rougeole-oreillons-rubéole et l’abréviation “ROR-V” le vaccin combiné rougeole-oreillons-rubéole-varicelle.

Le refus de vacciner ses propres enfants est passible d’amendes sévères.

5 – Que se passe-t-il si je ne fais pas vacciner mon enfant ?

Tout d’abord, le risque de contracter la rougeole augmente pour soi-même et pour les autres enfants non vaccinés. Les conséquences possibles d’une infection par la rougeole comprennent une inflammation de l’oreille moyenne, des poumons et du cerveau. Dans certains cas, il y a des effets tardifs mortels.

Le législateur évalue une vaccination manquante comme une infraction administrative. Des amendes allant jusqu’à 2 500 euros sont possibles, qui peuvent également être imposées à la direction des crèches qui accueillent des enfants sans vaccination. Les enfants qui ne sont pas vaccinés ne peuvent pas aller à la maternelle et peuvent également être exclus de l’école, au moins temporairement.

Les employés dont la vaccination est obligatoire peuvent se voir interdire de travailler s’ils refusent. La loi ne prévoit pas de vaccination obligatoire, malgré la vaccination obligatoire.

6 – La vaccination obligatoire contre la rougeole est-elle même constitutionnelle ?

Il y a de nombreuses années, le Tribunal administratif fédéral a confirmé la compatibilité d’une vaccination obligatoire avec la constitution allemande en prenant l’exemple de la vaccination contre la variole. La raison invoquée était que dans le cas de maladies particulièrement contagieuses, cette mesure était justifiée pour garantir la protection sanitaire des tiers et pour parer efficacement à un danger imminent d’épidémie.

De nombreux médecins et politiciens considèrent néanmoins la vaccination obligatoire comme douteuse. Selon un pédiatre : “Une telle vaccination obligatoire passe à côté des causes des épidémies actuelles de rougeole, est disproportionnée et en outre anticonstitutionnelle.” 

Le gouvernement veut, entre autres, utiliser des campagnes d’information pour convaincre les opposants à la vaccination. Le Centre fédéral pour l’éducation à la santé fournit à lui seul deux millions d’euros par an à cette fin.